Conférence de presse de présentation de notre binôme tête de liste

Une campagne municipale est cruciale. C’est le moment où les citoyens se projettent dans le futur de la ville qu’ils souhaitent.

Aujourd’hui se présentent à eux plusieurs listes :

Une  la République en marche de la majorité sortante

Une ou deux portées par la droite

Et la notre, une liste citoyenne qui rassemble largement les ruthénoises et les ruthénois soucieux de solidarité, de démocratie et d’écologie.

C’est le prolongement de l’engagement de Rodez Citoyen depuis 2014 dans la vie politique locale comme au sein des quartiers.

Nous ne croyons pas dans la femme ou l’homme providentiel qui incarne le fonctionnement d’un maire tout puissant.

Bien au contraire, nous, nous avons confiance dans les vertus de l’équipe et de l’intelligence collective.

Nous développerons une coopération au sein du conseil municipal mais également avec les habitants, les associations, les acteurs socio-économiques, les institutions et les agents de la collectivité  locale.

C’est pourquoi aujourd’hui ce n’est pas une personne qui se présente à vous mais un groupe avec notamment un binôme en tête de liste.

Matthieu Lebrun :

J’ai 53 ans, je vis en couple dans le quartier du faubourg. J’ai 3 filles et je suis grand-père d’un petit-fils depuis un mois et demi.

Originaire de la Sarthe, je suis arrivé en Aveyron en 1999 pour des raisons professionnelles comme directeur de la Fédération Familles Rurales d’Aveyron.

Aujourd’hui, je suis cadre dans un organisme de protection sociale agissant notamment en milieu rural.

Enfin, je suis engagé dans la vie politique locale depuis mon élection en 2014, en tant que conseiller municipal et d’agglomération de Rodez.

Par mes diverses expériences professionnelles et engagements dans le secteur de l’éducation populaire :

  • Je crois profondément que la participation de chacun à la construction collective d’un projet concoure à l’émancipation de tous ;
  • je suis convaincu que l’implication citoyenne contribue au lien social et crée les conditions d’une société apaisée ;
  • je crois que chacun, quel qu’il soit par son expérience de vie, est légitime pour contribuer avec d’autres à l’amélioration de son cadre de vie.

Ce sont ces convictions ancrées en moi qui motivent mon engagement politique au sein de Rodez Citoyen.

Marion Berardi :

Marion Berardi, 32 ans. J’ai une fille. Je suis auxiliaire de vie scolaire. Je suis habitante du quartier des Embergues. Je suis arrivée à Rodez citoyen au printemps dernier. J’ai toujours vécu à Rodez, sauf pendant mes études. Depuis mon retour en 2010, je me suis engagée dans différentes associations. D’abord des associations Culturelles, avec la volonté de rendre la culture accessible à tous, car c’est un vecteur de lien social et d’émancipation en créant des moments de rencontre et de convivialité. J’y ai découvert l’engagement bénévole et la possibilité de co construire des projets dans un contexte d’horizontalité.

Je me suis également engagée depuis 6 ans dans l’association de mon quartier, un quartier oublié et sinistré et où je vois petit à petit, la vie reprendre grâce aux actions collectives que nous y avons menées, issues des envies et des besoins des habitants, artisans et commerçants qui y ont pris part.

Je m’engage aujourd’hui dans Rodez citoyen car je me rends compte que mon engagement individuel et associatif – bien qu’utile – est limité. Notamment au niveau écologique. Nos battements d’ailes de colibris sont un bon début, mais nous avons besoin d’une volonté politique forte pour répondre aux enjeux climatiques globaux qui ne manqueront pas d’avoir un impact économique et social fort au niveau local.

Marion : L’incarnation de notre projet ne se résume pas à un binôme tête de liste. Elle se déploie et s’épanouira autour d’un collectif, d’une équipe dont la cohésion s’est forgée tout au long des dernières années et des mois qui viennent de s’écouler. Voilà pourquoi nous vous présentons également nos 6 portes parole :

Jean-Pierre Roger :

72 ans, j’habite dans le quartier Gourgan-Paraire. Je suis à Rodez depuis 32 ans. Retraité de RAGT semences où j’ai travaillé 23 ans. Actuellement je suis président de l’association humanitaire Les Amis de F’Dérick plus connue sous le nom de “l’association du docteur Roger”. Je suis adhérent de Rodez Citoyen depuis 2015 car j’ai la conviction profonde que l’on peut gérer Rodez autrement.

Eléonore Echène :

J’ai 47 ans. Je suis comédienne et metteuse en scène. Je vis à Rodez depuis 1996. J’ai 3 enfants. Je vis dans le quartier du centre-ville. Je me suis engagée auprès du Collectif Citoyen du Grand Rodez en 2013 et auprès de Rodez Citoyen en 2014 car je crois à l’importance de redonner confiance aux citoyens par l’écoute. Je pense que c’est en s’impliquant localement que l’on peut faire bouger les choses.

Alexis César :

38 ans, Chef de projet dans le digital. Arrivé à Rodez en 2005, habitant dans le quartier de l’Amphithéâtre. Militant associatif et politique, pour remettre le citoyen au coeur de la décision, c’est pourquoi naturellement je me suis tourné vers la démarche Rodez Citoyen.

Leïla Arfoutni

39 ans, enseignante. Être citoyen est avant tout un droit. Tout le monde peut donc participer à la vie de la Cité. C’est d’ailleurs tout le sens de la question que l’on pose sur les marchés :

« Que feriez-vous si vous étiez maire ? »

Gérard Alazar

68 ans. Retraité.

J’ai successivement travaillé dans le bassin houiller puis en Seine-Saint-Denis en tant que professeur d’EPS : des régions touchées démocratiquement, socio-économiquement et écologiquement.

C’est pour ça que j’ai rejoint Rodez Citoyen : pour améliorer ces secteurs en difficulté aussi à Rodez…

Claudine Bonhomme

64 ans. J’habite à Rodez depuis 30 ans. Je vis dans le quartier de Gourgan. Ancienne fonctionnaire territoriale, directrice de crèche. Je suis élue au conseil municipal et au CCAS depuis 2015. Les 3 élus de Rodez Citoyen, nous avons toujours travaillé ensemble et pris des positions communes au sein du conseil municipal.

A partir de notre travail, depuis 2014, dans les quartiers, nous avons mis l’habitant au coeur de nos préoccupations et de nos projets. Nous continuons au cours de cette campagne en étant très présents auprès d’eux.

Je suis adhérente à EELV, après une interruption de 2015 à septembre 2019.

Je milite pour l’écologie et le féminisme depuis plus de 40 ans !

Matthieu : Pour refonder le lien de confiance entre les élus et les habitants de Rodez , il est également indispensable de faire preuve de transparence et de ne pas avancer masqué dans le projet que chaque liste propose.

Transparence sur les valeurs qui guideront nos politiques : respect, Souveraineté citoyenne, Solidarité, partage, constituent le socle de notre engagement et de notre projet.

Transparence sur le code éthique que notre équipe une fois élue s’appliquera dans l’exercice des responsabilités.

Transparence sur le mode de gouvernance que nous mettrons en œuvre pour garantir la souveraineté de la parole citoyenne et le respect de tous.

Enfin transparence sur qui nous sommes. Quand certains, encore imprégnés des relents de l’ancien monde, de la vieille politique politicienne, nous étiquettent, nous répondons et revendiquons que notre ADN est uniquement constitué de personnes qui ont pour seule ambition : un engagement désintéressé avec cette volonté affirmée d’agir pour l’intérêt général et d’agir avec les habitants pour le mieux vivre de notre ville.

Nous répondons que le financement de notre campagne reposera uniquement, comme en 2014, sur un financement participatif d’habitants de Rodez et non pas sur des financements provenant de tels ou tels partis. Nous affirmons et revendiquons notre indépendance.

A cette occasion, nous en profitons pour redire très nettement qu’aucune tractation de tout genre avec les partis politiques n’auront place à Rodez Citoyen. Si des partis, des associations ou des mouvements, souhaitent nous apporter leur soutien, ce sera de leur propre initiative car ils se reconnaitront dans le projet que nous portons et l’esprit dans lequel s’inscrit notre volonté de faire de la politique autrement, en situant au cœur de notre action les habitants citoyens.

Marion : Aujourd’hui nous disons avec force qu’il est grand temps que l’approche monolythique et verticale d’un pouvoir confisqué aux habitants cesse.

Le temps des transitions a sonné :

Transition écologique

Transition démocratique

Transition sociale et économique

Ces 3 transitions indissociables les unes des autres, base de notre appel citoyen, constitueront l’architecture du projet que nous proposerons aux ruthénoises et ruthénois et que nous vous présenterons dans les prochaines semaines.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *