Rodez Citoyen s’estime « méprisé » par la majorité municipale

Retrouvez l’article de Charline Nermond dans ADN le 14 mai 2020 :

À Rodez, la période de confinement nous avait presque fait oublier que les élections municipales n’avaient pas rendu leur verdict définitif. Le déconfinement nous le rappelle en réveillant la campagne. Et ce sont les élus d’opposition de Rodez Citoyen, dont la liste est arrivée deuxième du premier tour organisé le 15 mars dernier, qui dégainent en premier, accusant le maire d’être « irrespectueux envers sa minorité », de ne pas l’avoir associée à la gestion de la crise de se servir de cette période pour reprendre ses propositions. Ambiance…

Un dernier conseil houleux

L’ambiance est en effet montée d’un cran lors du dernier conseil municipal, le 7 mai dernier. « Nous souhaitions poser au maire des questions orales, comme on le fait à chaque conseil mais ils nous les a refusées » déplore Claudine Bonhomme, qui explique les avoir transmises comme à son habitude 48 heures avant la réunion, à qui de droit, et par voie électronique.

« Christian Teyssèdre me reproche de ne pas les lui avoir transmises également par écrit, mais en plein confinement, il m’était difficile de me déplacer ! J’estime qu’il ne respecte pas la démocratie ! » enrage la conseillère d’opposition.

Un refus d’autant plus difficile à accepter pour ces élus que le conseil du 7 mai s’est terminé par une délibération qui n’était pas à l’ordre du jour : celle qui traitait de la création d’un nouveau gymnase et de la rénovation de l’Amphithéâtre.

« La loi dit que cette délibération aurait dû être présentée en début de conseil et non à la fin. Nous allons saisir la préfète à ce sujet. Et puis surtout il s’agit d’une proposition électoraliste, car elle se trouvait comme par hasard au cœur de nos propositions de campagne… »

(Matthieu Lebrun, Rodez Citoyen)

Premier élu d’opposition et candidat déclaré au poste de maire de Rodez, Matthieu Lebrun explique par ailleurs qu’il aurait aimé être convié à participer à la gestion de la crise aux côtés de la majorité.

« On aurait aimé que les groupes minoritaires soient associés à la gestion de cette crise, dans un esprit constructif et non partisan mais l’opposition n’a malheureusement aucune place pour monsieur Teyssèdre, qui se montre irrespectueux et méprisant envers nous. Alors qu’il a justement repris certaines de nos propositions ! ».

Une attaque qui avait déjà été formulée dans un courrier adressé au maire de Rodez le 17 avril et à laquelle Christian Teyssèdre a offert une réponse, arguant de l’inaction de ses concurrents :

« Je trouve regrettable qu’aucun des trois élus de Rodez Citoyen n’ait proposé ses services depuis le début du confinement pour agir avec nous au service des Ruthénois. Où étaient-ils pendant ces 32 premiers jours ? Ils ne font jamais aucune proposition ! »

(Christian Teyssèdre, maire de Rodez)

Si on ne connaît pas encore la forme que prendra la suite de l’élection municipale, il semble bien que la campagne ait redémarré, tout du moins pour deux des trois protagonistes qualifiés au terme du premier tour.

D’autres propositions post-covid

N’ayant pas pu poser leurs questions lors de ce fameux conseil du 7 mai, les trois élus du groupe Rodez Citoyen ont donc décidé de le faire par le biais d’une conférence de presse organisée en début de semaine.

S’ils ont voté les différentes mesures d’aide proposées par la majorité (lire ici et ) pour accompagner la sortie de crise (-« beaucoup ont été puisées dans nos propositions » insiste Matthieu Lebrun-), les élus de Rodez Citoyen en auraient voulu plus… « Nous aurions aimé qu’on fasse appel aux couturières locales pour les commandes de masques car elles sont en difficulté; on aurait aimé un autre système de calcul pour les aides à la cantine, plus avantageux pour les familles nombreuses; on aurait aimé que les aides aux crèches soient élargies aux établissements gérés par la CAF pour mettre fin à cette ségrégation aux revenus; on aurait aimé un geste solidaire envers les intermittents du spectacle qui devaient venir à l’Estivada, à minima leur rembourser les frais engagés pour leurs créations et indemniser les techniciens plateaux… » énumèrent-ils.

« On n’a jamais de réponse »

« Le problème avec le maire de Rodez, c’est qu’il ne donne jamais de réponse à nos questions » poursuit Chantal Combelles, « courant avril, nous l’avions alerté sur la suppression de deux postes d’enseignants à Gourgan et Ramadier afin qu’il se mobilise pour les défendre mais nous n’avons jamais eu de réponse et ces deux postes ont été supprimés… ».

2 thoughts on “Rodez Citoyen s’estime « méprisé » par la majorité municipale

  1. Je suis à chaque fois sidéré, véritablement atterré, par la violence méprisante avec laquelle le maire vous attaque à la fin des conseils municipaux auxquels j’ai assisté (dont le dernier sur ordi) . Car je vous perçois à ce moment-là (et je ne suis pas le seul spectateur…) dans cette situation où accusés de n’avoir rien, jamais, apportés quelque proposition sur aucun projet ni autre sujet, tels des enfants devenus mutiques, figés recevant les remontrances du Maître sans broncher ni oser dire un mot. Silencieux, assis vous recevez la foudre et tout se termine ainsi. Les idées les plus noires me viennent à ce moment-là : mais que font-ils alors ? durant 6 ans ils n’ont jamais rien proposés !… Pardonnez mon pessimisme de cet instant, car je me doute bien que ce n’est pas le cas. Alors j’entends et veux bien comprendre la réponse de Mathieu quand il me rappelle que c’est la règle stricte des conseils municipaux !…Ah bon ! y’a plus qu’à avaler les ordures.
    Aujourd’hui ce n’est pas le sujet, les enjeux sont ailleurs, un nouveau conseil municipal est à construire et un nouveau maire à nommer. Je vous soutiens avec tout mon cœur, mes amis aussi, et vous envoie toute mon énergie positive et mes prières si je peux faire appel à une bonne oreille, aux bras longs si possible. Pour autant quel que soit le résultat, sachons tirer un enseignement utile et efficace de la manière dont s’est passée la précédente mandature. Je n’ai pas de solution toute faite au problème exposé plus haut, bien évidemment, elle ne saurait surgir que d’une réflexion collective suivie de tentatives, d’essais. Mais il est évident que vous ne pouvez pas continuer à laisser le maire déverser sur votre dos des mensonges éhontés devant tout un conseil en vous laissant muselés, alors même que dans son interpellation il vous questionne, il vous interroge :” quand avez-vous fait une proposition, jamais; quelle commune a fait ceci ou cela mieux que nous, dites-moi, je suis prêt à reprendre l’idée…???”. Ce silence vous dessert et ne fait qu’accentuer l’humiliation. Nous passons à un temps où nous devons enfin prendre la parole pour cesser de nous laisser traiter comme des enfants. Tous ces temps derniers nous montrent à quel point Macron et son gouvernement ont fonctionné à fond sur ce registre, soutenus à fond par les médias.Teyssèdre agit pareil. Bon, la parole ne suffit pas c’est le moment d’agir.
    Tenez une dernière bonne nouvelle que je viens de découvrir par ma fille. Ouvrez le site : “conseilnational.tv” et regardez ce qu’il se passe. C’est prendre le taureau par les cornes. Il est grand temps.
    Bonne énergie à tous. Je vous embrasse, sans masque…
    François

  2. Bonjour cher monsieur
    je suis d’accord avec le commentaire ci dessus
    au soir du 28 juin si le maire sortant est réelu il ne faut plus laisser dire ou laisser faire sans réagir
    la gouvernance autoritaire en agitant sans cesse la menace des procés , des dépôts de plainte etc …. . en coupant la parole sans arrêt (cf la vidéo du dernier conseil) en méprisant l’opposition n’a que duré
    SVP soyez plus agressif il faut lui rentrer dedans permettez moi l’expression ce monsieur a horreur des communiqués de presse et autre forme de contradiction alors FONCEZ (avec les arguments bien entendu)
    bon courage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *