Travail de Rodez Citoyen (Claudine Bonhomme)au sein du Centre Communal d’Action Sociale (CCAS)

Claudine Bonhomme a régulièrement participé au Conseil d’administration du CCAS ( représentants d’associations /insertion et action sociale+ élus municipaux. Le Maire est président du CA du CCAS) de 2008 à 2014 et depuis 2015 où elle a été nommée au conseil d’administration.

-De 2015 à 2020 participation régulière aux conseils de vie sociale des 2 EHPAD gérés par le CCAS à savoir St Cyrice et Bon Accueil.

Pour les EHPAD, à noter le grand turn over des directeurs et directrices depuis 2008 qui déstabilise les équipes et les résidents.

Au CCAS ont été traités trois grands sujets :

  1. Analyse des besoins sociaux (obligation légale annuelle que Macron voulait supprimer et qui a été maintenue mais une seule fois en début de mandature) confiée à un cabinet d’étude en 2015 et a été limitée par le président du CCAS aux personnes âgées.

Dans le secteur du vieillissement, malheureusement, le travail d’analyse et de concertation de différents intervenants et partenaires du secteur n’a pas été conséquent alors que c’est l’essence même de cette obligation légale.

Le président a donc retenu comme seule réponse supplémentaire les visites auprès des personnes âgées qui en font la demande. En tant que maire il a mis en place dans le cadre de la polyvalence des fonctions des personnels “vie de la cité” des visites à domiciles qui me semble être sans projet social précis.

A donc été laissé de coté l’analyse des besoins sociaux des jeunes adultes en difficulté d’insertion sociale ou sans insertion sociale( les jeunes de la rue) pourtant signalés par le cabinet d’étude.

Cette absence de diagnostic puis de concertation locale empêche d’apporter une réponse sociale adaptée et coordonnée au niveau de l’ensemble des intervenants et autorités de tutelle ;

Décision du président du CCAS : demande à la Pantarelle d’intervenir auprès de ces jeunes adultes en grande difficulté. Pour ce travail, le soutien financier apporté par le CCAS, la mairie et l’agglo est insuffisant et ne permet pas d’embaucher assez d’éducateurs de rue. La coûteuse installation de la vidéo surveillance prônée par le Maire est sans efficience sur cette problématique.

2)Nécessité de réhabiliter de façon globale l’EHPAD St Cyrice dont les bâtiment appartiennent à l’ OPHLM

Le CCAS connaît ce besoin de réhabilitation depuis avril 2008 et notamment le besoin de réhabiliter au moins 24 chambres sans douche. Pour ce projet, il a demandé à la mairie d’acheter le 5 avenue Tarayre contiguë à l’EHPAD(chose faite en juin 2014).

L’objectif était de mettre en place un projet avec l’OPHLM permettant de réhabiliter ces chambres mais aussi de donner de la cohérence à cet établissement suite aux différents travaux qui avaient été fait sans vision d’ensemble ; entrée principale avec un escalier ; cuisine, plonge et buanderie inadaptées et qui ne sont plus aux normes ; pas de passage au niveau des étages entre le nouveau bâtiment livré en 2008 et l’ancien ; absence de jardin convivial et adapté, salle de restauration passoire thermique….

L’idée de départ était de créer au 5 avenue Tarayre une résidence autonomie (logements foyers) et d’y faire au rez de chaussée l’entrée de l’EHPAD de plein pied. Ceci permettait dans un premier temps d’y installer les résidents les plus valides pour vider couloir par couloir l’aile où se trouvent les chambres à rénover. Cette opération » tiroir » permettait que les travaux créent le moins de nuisances possibles pour les résidents et les équipes.

Dans un second temps le CCAS mettait en place sa première résidence autonomie adossée à un EHPAD ; démarche encouragée par la loi. Ce type de petite structure intermédiaire entre le domicile et l’EHPAD manque sur la ville.

L’ensemble des personnels de l’EHPAD St Cyrice a travaillé avec un cabinet d’étude et avec l’OPHLM. Mais le président du CCAS n’a pas donné suite à ces études trouvant les coûts des différents scénarios proposés trop élevés et n’a pas permis au conseil d’administration de travailler et de délibérer sur ces projets.

Bilan : pas de travaux de réhabilitation à St Cyrice

Fin 2018, le CCAS a acheté le 5 avenue Tarayre à la mairie alors que le maire annonçait régulièrement qu’il pouvait le donner pour l’euro symbolique ! Pour faire seulement un parking !!!

3)Transfert de l’EHPAD St Jacques géré par l’hôpital en EHPAD Combarel à gestion CCAS

La négociation de ce transfert est l’œuvre du CCAS 2008/2014 pour une réalisation faite entre 2014 et 2019.

Le nouveau bâtiment a ouvert en novembre 2019 avec une capacité d’accueil de 87 résidents. Il a accueilli 66 résidents de St Jacques ainsi que 7 résidents de St Cyrice (qui a perdu 7 places dans sa capacité d’accueil) et d’autres demandeurs sur liste d’attente.

4)Création d’un CIAS, centre intercommunal d’action sociale qui a pris en charge le Foyer d’urgence en premier temps ; Le restaurant social a été installé dans les locaux du foyer d’urgence en 2019.

Conclusion

-Manque de logements intermédiaires pour les aînés.

-Peu de prise en charge et de coordination pour les jeunes majeurs en difficultés d’insertion sociale.

-La réhabilitation de l’EHPAD St Cyrice reste à faire.

-Manque de volonté politique pour travailler avec les structures existantes et les autorités de tutelle dans tous les domaines de l’action sociale  et pour améliorer la qualité de vie des personnes les plus en difficultés et les plus fragiles.

One thought on “Travail de Rodez Citoyen (Claudine Bonhomme)au sein du Centre Communal d’Action Sociale (CCAS)

  1. Merci pour ce compte rendu.
    Peux-tu nous dire qui assure les visites à domicile en dehors de Mme FILOE? et quelle est leur formation ?Mme FILOE est-elle travailleur social ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *