Crise sanitaire : Courrier de Rodez Citoyen adressé à C. Teyssèdre

Monsieur le maire,

Suite à la dernière prise de parole du président de la République, nous savons que le confinement sera en vigueur au moins jusqu’au 11 mai prochain. Aussi, face à la situation sanitaire et sociale que nous connaissons, nous devons agir de façon rassemblée et coordonnée. L’échelon communal a un rôle dans la planification de la mobilisation sanitaire. D’ores et déjà, au delà des services de santé, la mairie, le CCAS, de nombreuses associations, des agents territoriaux sont mobilisés pour assurer des activités essentielles. Mais de nombreuses questions se posent et de nouvelles réponses doivent être recherchées. C’est pourquoi nous vous écrivons dans un état d’esprit résolument constructif.

Tout d’abord, la démocratie communale ne doit pas être mise entre parenthèses dans cette période. Elle est au contraire plus que jamais essentielle pour permettre la discussion, favoriser les initiatives d’entraide et s’appuyer sur l’intelligence collective pour prendre les bonnes décisions. C’est pourquoi nous vous proposons de mettre en place un comité municipal sanitaire qui se réunirait régulièrement par visio-conférence. Animé par le maire, il pourrait réunir un représentant de chaque sensibilité représentée au conseil municipal ainsi que des représentants des agents des services impliqués. Ce comité pourrait suivre l’évolution de la situation sanitaire, sociale et économique,  veiller à la bonne mise en place des mesures de protection des agents et des populations, faciliter l’action des services publics, notamment soignants, protéger les plus vulnérables, veiller aux besoins essentiels des habitants et préparer le déconfinement. Il devra évidemment travailler en partenariat avec les acteurs sociaux, de santé, et les services de l’État.

“Les employés recevant les appels des personnes en difficulté au numéro mis en place par la mairie pourraient faire remonter les problématiques qui émergent (nécessités alimentaires, mise à l’abri, orientation vers la cellule d’aide psychologique…) à cette instance.

Enfin, il nous paraît nécessaire de réunir au plus vite le Conseil d’administration du Comité Communal d’Action Sociale par visio-conférence pour évoquer spécifiquement les activités sociales, la situation des EHPAD et des personnes les plus vulnérables. En attendant de pouvoir formuler des propositions dans des espaces de travail, nous voulons insister auprès de vous sur trois aspects.

Le premier concerne l’alimentation. Les supermarchés sont le lieu quasi obligatoire pour l’approvisionnement alimentaire. C’est regrettable. Leurs activités constituent une concurrence déloyale par rapport à toutes les autres activités économiques, notamment agricoles et commerciales qui sont suspendues et en grand danger. Aussi, nous proposons de travailler, en lien avec la commission « foires et marchés » qui pourrait se réunir en visio-conférence, à une adaptation des circuits courts locaux à cette periode bouleversée. L’organisation du « drive » à Bourran est insuffisante. Beaucoup de commerçants préfèrent se débrouiller par eux-mêmes. Par ailleurs, 18,8% des ménages ruthénois n’ont pas de voiture (chiffre INSEE 2016). Comme de nombreuses autres villes, Rodez pourrait préparer une demande de dérogation pour ré-installer un marché adapté à la situation. De nombreuses pistes sont envisageables : éclater le marché soit géographiquement (centre-ville, av. V Hugo, boulevards, quartiers…) soit dans la semaine (un nombre limité de forains chaque jour), réelle organisation avec des espacements sécurisés et des règles claires, limitation des flux (par exemple par des horaires réservés en fonction de la première lettre du nom de famille), prise de commandes, pool mutualisé de livreurs à domicile…

Par ailleurs, la mairie pourrait organiser les « paniers de première nécessité » pour les personnes le plus dans le besoin en se fournissant prioritairement auprès des producteurs locaux. Ce dispositif pourrait aussi remplacer les bons d’achat donnés par le CCAS qui sont malheureusement fléchés pour être utilisés uniquement dans les supermarchés.

Le deuxième aspect que nous voulons évoquer concerne les conséquence de la fermeture des écoles et des crèches pour les enfants et leurs familles. Les conséquences budgétaires sont très difficilement supportables pour les familles les plus modestes. Celles-ci bénéficient de façon habituelle d’un tarif très social pour le repas de leurs enfants dans les cantines. Substituer ces repas à la cantine par des repas à la maison constitue un surplus financier pour les familles qui nous appelle à agir. Un budget municipal est prévu pour l’équilibre financier des cantines. Puisque les cantines sont fermées, nous proposons de répercuter ce budget prévu pour des aides alimentaires directes aux familles concernées par le tarif social. Ces aides pourraient prendre la forme d’aides financières mais aussi de colis alimentaires.

Nous sommes également inquiets des risques de décrochage scolaire pour une partie des enfants actuellement privés d’écoles et qui ne trouvent pas chez eux les conditions les meilleures pour poursuivre leurs apprentissages. Dans le cadre de la continuité pédagogique, certaines familles n’ont qu’un téléphone, ce qui rend le travail scolaire à distance plus difficile à cause de l’écran trop petit. La mairie pourrait coordonner la mise à disposition d’écrans plus grands (tablettes ou ordinateurs) pour ces foyers.

D’autre part, en vue d’aider les élèves qui auront pris du retard et éviter leur découragement, il nous paraît inconcevable que Rodez perde des postes de professeurs des écoles pour la rentrée scolaire prochaine. Or, nous avons été informé que la nouvelle carte scolaire prévoit la suppression d’un poste à l’école de Gourgan et d’un demi poste à l’école Saint-Eloi. Ces décisions sont inacceptables dans la situation actuelle. Nous proposons donc que la mairie prenne une position unanime et forte pour que toutes nos écoles préservent au minimum leurs postes.

Le dernier sujet que nous voulons aborder est celui de l’anticipation du déconfinement. Tout le monde s’accorde maintenant sur la nécessité de la généralisation du port du masque. Il nous paraît urgent que la mairie et l’agglomération contribuent à préparer cette généralisation. A la fois par des commandes mais aussi par le soutien et l’accompagnement à tous les acteurs locaux en situation d’en produire, qu’il s’agisse d’indépendants ou d’entreprises. La détermination des besoins et la coordination des activités de production sont nécessaires.

Enfin, il nous paraît fondamental de préparer dans des nouvelles conditions sanitaires les prochains scrutins, qu’il s’agisse d’un second tour des élections municipales en juin ou du report de celles-ci à une date ultérieure. Rodez a une organisation inédite des élections avec 17 bureaux de votes réunis en une seule salle des fêtes. C’est un facteur de risque sanitaire que nous devons supprimer. C’est pourquoi nous vous suggérons d’organiser les prochains scrutins sur le modèle d’organisation de toutes les villes comparables, à savoir par un éclatement des bureaux de vote en plusieurs lieux de votes répartis dans les écoles et quartiers de Rodez. Ce sera une mesure à la fois sanitaire mais aussi démocratique car elle permettra de faciliter la participation au vote des Ruthénois dans les quartiers les plus excentrés. 

Nous vous remercions de l’attention que vous porterez à ces propositions, nous vous prions d’agréer, monsieur le maire, l’expression de notre considération.

One thought on “Crise sanitaire : Courrier de Rodez Citoyen adressé à C. Teyssèdre

  1. L’accent est mis sur la démocratie et la participation de tous les acteurs compétents dans les divers domaines, jespetque mr le maire en tiendra compte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *