De l’outrance

L’époque politique est à l’outrance. Nombre d’hommes politique de par le monde ont conquis le pouvoir par des discours agressifs, la dévalorisation de leurs adversaires et des propositions démesurées. Par ces procédés, ils ont su galvaniser leurs partisans, mais la répétition incessante de cette posture et le contact avec une réalité plus nuancée finit tôt ou tard par lasser.

Ces hommes politiques, car il s’agit le plus souvent d’hommes, confondent autorité et autoritarisme.  L’autorité se définit par l’ensemble des qualités et valeurs d’une personne qui lui permettent d’être écoutée comme une référence légitime. Ces personnages en manquant, ils comblent ce vide par l’autoritarisme. Ils crient, surenchérissent et cherchent à faire peur. Ils ont une vision grossière de la virilité, pensant que calomnier un adversaire ou écraser son opposition sont des signes de force. Ils se pensent indispensables et irremplaçables.

Mais l’outrance fatigue. Nous sommes convaincus que l’opinion publique se lassera de ces acteurs excessifs et cherchera leur antithèse. Elle se tournera vers des femmes et des hommes posés, de sang froid, avec de l’expérience. Des personnes qui prennent le temps d’écouter et de réfléchir, qui savent que les décisions qui impactent une ville, une région, un pays, découlent d’un processus long et travaillé.

Mieux encore, il se pourrait que les citoyens et citoyennes ne cherchent plus un homme ou une femme providentiel et qu’ils décident de prendre eux-mêmes en main les décisions qui les concernent. Les outils pour y parvenir existent déjà : la communication non-violente, les assemblées, la démocratie participative…

Une société pacifiée, en cohésion et harmonieuse pourra alors se mesurer sereinement aux enjeux sociétaux et écologiques qui nous attendent. Rodez Citoyen se bat dans ce but.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *