Préconisations écologiques du projet Rodez Citoyen

Tous les candidats Rodez Citoyen sont engagés sur notre charte des valeurs. Elle énonce en particulier :

«L’urgence climatique et ses conséquences incontournables sur nos quotidiens sont une réalité. Nous nous engagerons résolument dans la transition écologique, bien au-delà des obligations légales. »

Rodez Citoyen n’envisage  pas l’écologie comme le travail de quelques élus mais comme un enjeu partagé par tous les élus et services de la municipalité.

Nous pensons que la transition écologique ne peut se réussir qu’en lui associant :

  • la transition démocratique, car nos préconisations génèrent aussi du lien social et certaines demandent l’implication des citoyens,
  • et la transition socio-économique, car les bonnes mesures écologiques doivent aussi être sociales et s’appuyer sur une économie relocalisée. Certaines de nos préconisations redonnent du pouvoir d’achat aux personnes les plus modestes.

Notre projet

Nous avons 4 grands thèmes à présenter par ordre d’importance :
les transports : 26% des émissions de gaz à effets de serre sont dûes aux déplacements de personnes ; l’énergie et l’eau : 20% des émissions de gaz à effets de serre sont dues aux consommations résidentielles (chauffage, électricité) ; les déchets ;les circuits courts et la végétalisation.

Outre les gaz à effets de serre, dangereux pour la planète, les déplacements et le chauffage dégagent également d’autres gaz et particules fines qui sont elles directement mauvaises pour la santé. Ces pollutions entraînent notamment des allergies, de l’asthme, des irritations des voies respiratoires et des cancers. Les morts prématurées dûes à la pollution atmosphérique sont estimées à 67 000 par an en France (-1,6 ans d’espérance de vie). C’est donc également un enjeu de santé publique important.

Notre préconisation principale:
Étudier chaque décision prise par la mairie et l’agglomération au regard de son impact environnemental.

Les transports

Nous voulons agir sur 3 leviers : les transports en commun, le co-voiturage et les mobilités douces (vélo et marche).

Nos préconisations pour les transports:

  • Améliorer l’offre de desserte du réseau de bus (notamment vers les zones d’emploi).  Expérimenter la gratuité. Construire enfin des parkings relais aux entrées de ville avec navettes gratuites et cadencées.
  • Structurer et encourager le covoiturage domicile-travail, dit court-voiturage.
  • Assurer la continuité des pistes cyclables, généraliser les voiries partagées et sécurisées. Acquérir un petit parc de vélos électriques et les prêter aux habitants. Rétablir une aide à l’achat.
  • créer des « zones de rencontre » à 20 km/h en hyper-centre où les piétons et vélos sont prioritaires. Développer des cheminements agréables.
  • Créer un guichet unique « mobilité » avec les informations et services pour la multimodalité.

Nous voulons ainsi réduire le nombre de voitures qui entrent dans Rodez, donc réduire les émissions de gaz à effets de serre, de polluants dangereux pour la santé et les nuisances (bruit, embouteillages).

Nous pensons que ces mesures auront un impact social : les ménages qui délaissent le déplacement systématique en voiture individuelle pour un ou plusieurs de ces modes de déplacements alternatifs verront leur budget transport diminuer (par exemple avec une seule voiture pour un couple ou famille).

Nous avons tendance à sous estimer ce que nous coûte notre voiture. D’après une étude de l’Automobile Club Association, en 2017 les Français ont consacré de 4912 euros à 9906 euros TTC en frais automobile. Ce budget comprend l’achat, le carburant, l’assurance, les frais de réparations, de parking et de péage.

Exemple d’intermodalité : 

Une personne habitant dans le nord Aveyron et qui travaille sur Rodez, pourra par exemple co-voiturer depuis son domicile jusqu’au parking relais placé à Sébazac, puis prendre la navette l’amenant au centre-ville de Rodez. De là, elle pourra rejoindre son travail à pied ou en bus.

Si son travail na’est pas desservi par un bus, elle pourra se rendre au garage à vélo installé au parking Foch, pour prendre son vélo laissé là ou un vélo électrique disponible en prêt, pour terminer son parcours.

L’énergie et l’eau

Nous voulons réduire la consommation d’énergie sur notre territoire, notamment celle du chauffage.

Nos préconisations pour la réduction de la consommation d’énergie:

  • Lancer un grand programme de rénovation thermique de tous les logements du parc HLM et des bâtiments publics.
  • Accompagner les propriétaires dans la rénovation thermique de l’habitat privé : accès à l’information, soutien financier, mise à disposition de caméras thermiques, rénovations groupées pour générer des économies d’échelle.

En plus de réduire les émissions, un logement bien isolé permet de le rendre confortable et a un impact social grâce à une facture énergétique annuelle fortement réduite. Ceci est d’autant plus important pour les ménages modestes.

Au total, en 2016, les Français consacraient en moyenne 14% de leur budget pour se chauffer, selon QuelleEnergie.fr (entre 811 euros/an chauffage au bois et 1927euros/an au fioul). Des dépenses qui pèsent lourd pour les personnes aux revenus modestes, contraintes parfois de se priver de chauffage

Exemple des logements HLM de Gourgan :

Ces logements datent de 1969 ont un chauffage collectif au gaz, des huisseries laissant passer l’air et ne sont pas isolés comme tous les bâtiments de cette époque. Leurs habitants manquent de confort et ont des charges de chauffage importantes. Si on effectue la rénovation thermique, ces bâtiments peuvent voir leur consommation et factures divisées par deux.

Pour l’énergie consommée sur le territoire, nous voulons

Cela permettrait surtout d’amoindrir notre dépendance aux énergies fossiles : 70 % de l’énergie consommée sur l’agglo est issue de produits pétroliers. Face à l’épuisement programmé de cette ressource et à l’augmentation mécanique de son prix. On comprend vite qu’il est primordial à la fois de diminuer nos consommations et de se tourner vers d’autres sources d’énergie.

Notre préconisation concernant l’eau :

  • Supprimer l’abonnement et instaurer la gratuité des premiers mètres cubes d’eau vitaux. Mettre en place une tarification progressive pour inciter à limiter le mésusage

Cette forme de gratuité permettra aux habitants qui sont économes en eau de voir leur facture baisser et est aussi une mesure de solidarité. Elle est une mesure incitative à des comportements vertueux du point de vue de l’environnement, car le tarif sera progressif en fonction de la consommation par habitant.

 L’eau est bon marché à Rodez, donc le tarif plus fort appliqué sur les mètre cubes non vitaux sera supportable car équivalent au prix de l’eau dans d’autres villes. Le coût de l’abonnement est actuellement de 38,5 euros par an par foyer et celui du mètre cube est de 0,9 euros TTC avant assainissement et autres taxes.

Selon l’OMS, les besoins vitaux en eau sont évalués à 20 l par jour par personne, soit 7,3 m3 par an par personne. Une consommation de confort se situe à 100 l par jour par personne, soit 36,5 m3 par an par personne.

Les déchets

Nous voulons réduire la quantité de déchets produits sur notre territoire.

Nos préconisations concernant les déchets:

  • Généraliser les composteurs partagés et la collecte en porte à porte des biodéchets.
  • Favoriser une gestion circulaire des déchets : réemploi, recyclage, valorisation.

Nous voulons organiser des ateliers dans les maisons de quartier et les écoles pour sensibiliser à la réduction des emballages, à la réduction des déchets et du gaspillage alimentaire.

Nous voulons développer les défis « zéro déchets » et les défis « famille bio plaisir », qui sont source de lien social et de convivialité.

Concernant la collecte des biodéchets, la loi prévoit que tous les particuliers disposent d’une solution pratique de tri à la source de leurs biodéchets avant 2025.

Nous souhaitons disposer d’une ressourcerie sur la commune, éventuellement en lien avec un tiers lieu, qui aura un rôle de recyclage mais aussi social d’insertion par l’activité économique.

Nous voulons aussi réduire le gaspillage alimentaire : pour cela Rodez Citoyen a signé la charte « Too Good To Go ». Les principales mesures sont :

  • Mettre en place une cantine zéro gaspillage.
    Cela nécessite un travail de formation au niveau de la cuisine centrale et de l’organisation des services de cantine.
  • Encourager les commerçants à collaborer pour collecter leurs invendus.
  • Encourager les commerçants  à développer la vente en vrac et accepter les clients qui viennent avec un contenant.

La végétalisation

Nous voulons freiner l’artificialisation des sols  et nous sommes opposés au projet de parc commercial de Malan. Contrairement à la municipalité sortante, nous savons que les dégâts écologiques engendrés par l’étalement urbain ne sont pas du tout compensés par la plantation d’arbres supplémentaires en ville.

Par ordre d’importance, nous voulons développer les circuits courts d’alimentation, puis végétaliser la ville.

Nos préconisations concernant les circuits courts :

  • Freiner l’étalement urbain et restaurer des milieux naturels et agricoles.
  • Favoriser l’installation et le maintien de commerces de proximité dans toute la ville et s’opposer à l’ouverture de nouvelles grandes surfaces.
  • Favoriser les circuits courts alimentaires et développer une ceinture verte de zones de maraîchage et de fermes de petit élevage autour de Rodez.
  • Objectif de 100% de produits bio et locaux  dans les cantines scolaires et crèches en 2026 sans augmentation des tarifs et proposer le choix de menus végétariens.

Dans un objectif d’accroître l’autonomie alimentaire de l’agglomération et de notre objectif du 100% bio dans les cantines et les crèches, nous voulons favoriser l’installation d’agriculteurs bio. Nous pensons répertorier tous les terrains avec point d’eau disponibles au niveau de l’agglo, travailler en concertation avec les centres de formation agricoles et l’APABA (Promotion de l’Agriculture Biologique en Aveyron-250 adhérents). Nous voulons également aider les exploitants agricoles déjà présents sur le territoire à se convertir en Bio.

Exemples de villes ayant favorisé l’installation d’agriculteurs bio:

  • Agglomération de Lamballe Terre Mer : 3000 euros  pour 7 agriculteurs.
  • Agglomération de Lorient : 2000 euros pour 54 installations d’agriculteurs.

Nos préconisations concernant la végétalisation :

  • Dans un objectif « Zéro phyto » à Rodez, supprimer l’utilisation des pesticides dans tout espace public et prendre un arrêté municipal pour interdire l’usage des pesticides à proximité des habitations. Aider les utilisateurs pour des pratiques alternatives.
  • Mettre en œuvre un plan de végétalisation de l’espace public : replanter des arbres, vergers, jardins partagés pour recréer du lien social et rafraîchir la ville l’été.
  • Installer du mobilier urbain favorisant la convivialité : bancs publics, fontaines potables, pergolas, barbecues, toilettes publiques…

Pour le «Zéro phyto», le travail le plus important qu’il reste à faire se situe au niveau de tous les terrains de sport de l’agglo.

 Si Rodez était précurseur en la matière en 2013, à l’époque où la majorité comptait un plus grand nombre d’écolos, force est de constater que nous stagnons depuis 7 ans… En effet le cimetière et les stades de Rodez utilisent encore à ce jour des pesticides. Ce qui explique que Rodez ne soit labélisée qu’au niveau 2, au même niveau qu’Onet le château, par exemple, qui a entamé sa transition bien plus tardivement. Cette dernière commune, qui à la différence de Rodez, prévoit d’investir dans des équipements (herse étrille) permettant de se passer des pesticides pour ses stades, pour protéger sa population de ces produits dangereux pour la santé et de prétendre à une labellisation de niveau 3.

Dans la réintroduction de la nature en ville, la partie qui nous parait importante est celle des arbres fruitiers et des potagers urbains. En effet, outre leur capacité à capter les CO2 et à rafraîchir la ville, c’est une source de nourriture saine et gratuite à disposition de la cuisine centrale et des ruthénois. La cueillette peut également donner lieu à des moments de rencontres, d’échanges intergénérationnels et de  convivialité tout en permettant de recréer un lien avec la nature, souvent cité comme facteur de bien être mental.

Conclusion

Nous savons que  le coût de l’inaction climatique est évalué comme au moins 5 fois supérieur à celui de l’action, selon le rapport Stern. L’écologie ne doit pas se limiter à quelques mesures saupoudrées et décousues.

Elle doit être intégrée de manière cohérente à toutes les décisions et toutes les politiques municipales pour être efficace et répondre aux enjeux climatiques qui ont déjà une incidence réelle sur nos quotidiens.

Elle doit être portée avec conviction par l’ensemble de la future équipe municipale et inclure les habitants pour être  acceptée par tous comme une amélioration des conditions de vie et non comme une contrainte et répondre aux besoins des ruthénoises et des ruthénois. 

L’écologie est donc indissociable d’une transition socio-économique et d’une transition démocratique. C’est le sens de notre engagement et du projet de Rodez Citoyen.

3 thoughts on “Préconisations écologiques du projet Rodez Citoyen

  1. A propos de l’eau : quelques compléments
    Ces nouvelles mesures se font à budget constant
    Il n’y a qu’une nouvelle répartition des coûts qui se reportent sur les grands consommateurs comme par exemple les propriétaires de piscine.
    Le coût de l’abonnement actuel (38.5€) équivaut à celui de 45 mètres cube d’eau
    donc pour une personne seule qui consomme 50l/jour (ce qui est considéré par l’OMS comme un accès à l’eau décent) soit 18,250 mètres cube/an , le coût de l’ abonnement correspond à 2,5 fois celui de sa consommation donc elle paye son mètre cube d’eau bien plus cher que les autres consommateurs
    Si elle consomme 100 l d’eau par jour (là c’est des conditions “confort”) soit 36,5 mètres cube/an,  son coût de consommation est encore inférieur au coût de l’abonnement donc paye elle aussi son mètre cube d’eau plus cher que les autres
    Autrement dit l’abonnement appelé aussi” part fixe du prix de l’eau “discrimine les petits consommateurs au profit des grands consommateurs et les personnes seules au profit des familles ou des abonnements groupés
    Cet abonnement est donc inégalitaire, injuste socialement et non incitatif à une utilisation modérée de l’eau

  2. Bien beau projet ! Si seulement si…
    Je suis assez étonné ou ai-je mal lu ? , il n’y a aucune référence aux poules et l’aide qu’elles apportent à l’élimination des déchets, repas résiduels…
    Il faut également au nombre suffisant de poubelle de tri (jaune), suffisamment de poubelles dans les rues, des poubelles de voiture…
    On peut aussi proposer un environnement serein, ou chacun respecterait l’autre, à commencer par une atmosphère de travail nin stressante, ici et là !
    Enfin il y a tant de choses à faire !
    Bravo, bon courage….

  3. … Et des espaces verts dans les écoles ??? notamment celle(s) qui doivent être refaites … Avec des arbres fruitiers, comme c’est déjà le cas à Paul Ramadier … cela permet de goûter et connaitre quelques fruits (pommes et poires) ; des jardins potagers !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *